5 min

Les mains qu’on a failli oublier

6 novembre 2020 |

Actu MNH

« Les mains qu’on a failli oublier » Ne cherchez pas les visages, ils sont cachés derrière ce qu’ils leur restent de masques, et couverts de signes d’une lutte continuelle à rejeter la fatigue pour ramener par-dessus les sourires nécessaires à endurer les épreuves du quotidien. 

Ne cherchez pas les traits, ils sont enfouis derrière les traces indélébiles de jours et de nuits à effacer nos douleurs et à absorber nos peurs. 

Ne cherchez pas les regards, ils ne sont jamais éteints ; ils irradient continûment en luttant contre le poids de l’ombre et en affrontant les eaux troubles du destin, bien avant qu’une maladie invisible et imprévisible ravage notre quotidien.

Suivez les mains, celles qu’on a failli oublier, et qui persistent dans des va-et-vient salvateurs, tels des soldats qui n’exécutent que les ordres de leur conscience tout en côtoyant désespérément la mort et en courtisant inlassablement la vie. Ces mains qui désinfectent, perfusent, intubent, vérifient les constantes, nettoient, caressent, rassurent... jusqu’à l’épuisement, avec des gestes qui donnent corps à l’apaisement et des mouvements qui créent l’espace pour la guérison. Ces mains qui se flétrissent au fil des mois et des années, imbibées de solution hydroalcoolique et occupées à apaiser les blessures, à épauler la respiration et à façonner l’espoir. Blanc, bleu, vert et rose... nous croisons ces couleurs dans les couloirs des hôpitaux, de ces ombres méconnues, qui, dans leur agitation, forment les murs porteurs de ce décor blanchâtre et le remplissent d’éclats d’espérance. Jours et nuits, les sonnettes se déchaînent et les pas se hâtent, malgré un effectif réduit et des moyens limités, les tâches s’accumulent et les épreuves s’agrandissent, mais ces mains sont toujours là, vives et actives, obstinément, elles arrachent la peur et rayonnent d’attention et de bonne volonté, en se concentrant sur ce qui compte et en visualisant l’espoir qui chemine au loin. Aujourd’hui, nous chantons des louanges à leur égard à la nuit tombante comme un réveil tardif, comme un tremblement de la conscience, mais quand la tempête passera, n’oublions pas de nous souvenir de ceux qui ont construit les abris, de les entendre et de les couvrir de tendresse, de bienveillance et d’un soutien incessant. N’oublions pas de toujours leur tendre la main pour préserver leur dignité, à ceux qui, chaque jour, brandissent leurs invisibles épées pour emporter les soupirs, conjurer les maux et maladies, et conjuguer la vie au présent pour notre avenir.

Illustration issue du livre d’art « Entre nos mains : le monde hospitalier engagé », édité par la MNH : https://entrenosmains.mnh.fr

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.

 

banniere-bas.pngsite mnhEspace adhérent