5 min

Infirmièr(e), des études prisées

7 mai 2021 |

Soigner demain

Si le métier d’infirmièr(e) est souvent associé à des conditions d’exercice difficiles, il demeure très attractif pour les jeunes. Les écoles d’infirmièr(e)s arrivent en tête des vœux des bacheliers sur Parcoursup.

En 2020, pour la deuxième année consécutive, la formation la plus demandée sur Parcoursup est le diplôme d’état d’infirmièr(e). Elle représente plus de 610 000 vœux pour les Ifsi (Instituts de Formation en Soins Infirmiers), soit une demande sur dix. Elle est suivie par la licence Pass (Parcours d’Accès Spécifique Santé)1, qui remplace la Paces.

Stratégies contre la désertification paramédicale
Cependant, seuls un peu plus de 30 000 candidats (quota fixé par les autorités sanitaires) entrent en première année dans l’un des 326 Ifsi. En outre, depuis 2020, Parcoursup a amenuisé les chances des lycéens qui ne peuvent saisir que cinq vœux en formation infirmièr(e) contre dix précédemment. Cela afin de mieux identifier les préférences géographiques des candidats, précisait le ministère de la santé. Ou de les inciter à augmenter leurs chances en rejoignant les territoires les moins denses où la sélectivité décroît. En effet, dans les Ifsi rattachés aux CHU des grandes villes, la part des postulants bacheliers avec mention est exponentielle2.

Un accès plus juste aux études
L’engouement pour le diplôme s’explique par une réforme de la sélection. En septembre 2018, les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur ont amorcé l’intégration à l’université des formations de santé permettant aux Ifsi de délivrer des licences. Les instituts ont donc intégré Parcoursup lors de la session 2019, supprimant les fameux concours infirmiers, lesquels représentaient une manne financière pour les écoles puisque le candidat payait 110 € sa présentation. Un système jugé inique, discriminant socialement les candidats qui pouvaient débourser des milliers d’euros en inscription et déplacements pour ces concours, par ailleurs extrêmement sélectifs.
D’autres critères expliquent l’attractivité de la formation : le fait qu’elle soit accessible à toutes les filières de baccalauréat, la certitude d’un emploi en CDI dans la plupart des cas à la fin des études, l’évolution du métier et de ses responsabilités… et bien sûr, élément indispensable : la vocation.

Suzanne Nemo

1 400.000 vœux en 2020, contre 239 000 en 2019 pour la Paces.
2 A Montpellier en 2020, 7% des candidats seulement ont été admis à l’Ifsi, dont 71% avec mention « bien » ou « très bien ».

 

banniere-bas.pngsite mnh Espace adhérent